Cela fait un moment que je ne vous parle plus des évènements qui continuent à secouer Mayotte, préférant vous montrer les belles ballades faite avec ma fille et ma belle mère. Pour autant la grève n'est pas finie loin de là, mais elle a pris une autre tournure.

Mais d'abord une petite précision, surtout à l'intention de Marie qui semble un peu perdue.

Si géographiquement Mayotte appartient à l'Archipel des Comores, sur le plan politique il en va autrement. Auparavant toutes les Comores étaient sous protectorat français, puis sont devenues des colonies françaises. Mais lors du grand référendum du 25 aout 1974, les 3 grandes îles des Comores ont voté pour leur indépendance, et Mayotte a décidée à 85% de rester française, d'ou le clash qui s'en ai suivi. Et maintenant depuis mars 2011, c'est le 101 département français. Alors Marie s'il te plait ne  parle pas des Comores, mais de Mayotte.

En ce qui concerne les évènements, depuis maintenant 10 jours, les émeutes et affrontements avec les forces de l'ordre ont cessé. par contre une autre tactique à vu le jour: les barrages.

Les manifestants font des barrages au Nord et au Sud de Mamoudzou en abattant des manguiers centenaires qu'ils mettent en travers des routes, pour empêcher les gens de circuler et donc de travailler, car le centre stratégique des entreprises se situe surtout à Mamoudzou et Kaweni.

Les grandes surfaces ont toutes ré ouvertes, bien que les rayons soient assez vides, et depuis jeudi quelques magasins et entreprises ont recommencé le travail, enfin dans la mesure ou les employés sont là. Donc l'activité économique de l'île est toujours bloquée et la reprise est difficile. Déjà 3000 suppressions d'emplois sont annoncées et une cinquantaine de toutes petites sociétés et entreprises mettent la clé sous la porte. sans compter le nombre croissant de jeunes entrepreneurs, de restaurateurs, d'enseignants qui sont dégoûtés et qui quittent définitivement l'île. Sans compter les touristes!!

Par contre le week end c'est la trève et nous pouvons à nouveau circuler librement, ce qui m'a permis de vous montrer le Mayotte que j'aime, avec ses beautés naturelles. Et j'ai préféré vous monter de jolis paysages, plutôt que les arbres abattus, les poubelles éventrées et les carcasses de voitures calcinées. Mais non il n'y a pas de coup de baguette magique, et l'île toute entière porte les traces des affrontements.

Depuis mercredi l'ancien Préfet de Mayotte est revenu dans l'île en tant que médiateur, ce qui a calmé un peu les esprits. Les discussions vont bon train, mais toujours pas d'accord en vue. Ce week end c'était de nouveau la trève, avec l'Aïd El Kébir, la grande fête des musulmans;

 

Ce jour les musulmans doivent égorger un mouton pour commémorer le sacrifice d'Abraham (Ibrahim en arabe), dans les années 2000 avant JC.

Selon le Coran, Abraham, envoyé de Dieu, obéissant à un commandement divin, s'apprêtait à sacrifier son fils unique Ismaël, né de son épouse Agar (Hajar en arabe), ex-servante de sa première épouse Sarah, lorsque l'archange Gabriel remplaça Ismaël par un mouton. L'événement se situerait à proximité de La Mecque et, par sa soumission à Dieu, Abraham est considéré comme le premier des musulmans.


Selon la Bible, Abraham est un descendant de Noé. Obéissant à Dieu, il s'apprêtait à sacrifier son fils Isaac, né de sa vieille épouse Sarah, ainsi que trois anges le leur avaient annoncé. Abraham avait alors chassé dans le désert sa servante Agar et leur fils unique Ismaël. L'intervention de Dieu avait sauvé Isaac et l'événement se situerait à Jérusalem.


La bête à sacrifier ne doit pas être tuée, ni même assommée, avant la saignée, qui doit se faire avec un couteau parfaitement effilé et sans exercer la moindre pression, en coupant la trachée-artère et l'oesophage.
Selon la loi islamique, c'est au chef de famille, qui peut déléguer à un sacrificateur reconnu, d'accomplir la tâche sacrificielle, le mouton couché sur le flanc gauche, la tête tournée vers La Mecque. Il ne peut opérer qu'après la prière de l'Aïd, qui se déroule environ vingt minutes après le lever du soleil, suivie d'un prêche de l'imam.
Le mouton doit ensuite être partagé en trois parts égales: une pour la famille, une pour les voisins et amis, la dernière, composée des meilleurs morceaux, étant réservée aux pauvres.


par contre à Mayotte je ne sais pas comment çà se passe, car je n'ai pas vu de moutons sur l'île; je me renseignerai demain au boulot et je vous dirai.

En attendant de savoir, je vous souhaite un bon dimanche et un bon Aïd El Kébir à tous les musulmans et musulmanes.